Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

VIETNAM : les couloirs d’Hanoï

Publié le par Andre Marie Springer

VIETNAM : les couloirs d’Hanoï

Lorsqu’on se promène dans le vieil Hanoï on remarque tout de suite que les façades sont étroites ; normal, le montant de l’impôt immobilier était jadis indexé sur la largeur des immeubles. De plus on voit des couloirs étroits entre les maisons, ce qui rend l’espace intérieur encore plus petit. Ces longues maisons au départ, dans les années 50, ont été divisées en petits appartements et pour y accéder l’existence d’un couloir est nécessaire. Quand on dit petit c’est petit ; il semble qu’il y ait une règle plus ou moins universelle et mondiale : une famille de 5 personnes est capable de vivre dans 15 m², pas moins. 6 personnes ce n’est pas possible, il faut doubler la surface et lorsque c’est possible, on construit un étage. Cette règle est valable en Inde à Mumbai, au Vietnam, en Indonésie, partout. De nos jours les enfants des habitants ont grandi : donc en principe ils sont partis et on peut rentrer la mobylette dans le salon-chambre. En principe, parce qu’à Hanoï tous ces appartements sont idéalement situés en centre-ville, dans la vieille ville classée par l’UNESCO. Et qui dit classement UNESCO dit touristes donc argent. Les enfants possèdent souvent une maison en banlieue qu’ils utilisent le week-end et ils restent en semaine en centre-ville chez leurs parents car leur travail est souvent lié au tourisme. Ils ont aussi des enfants ce qui n’améliore pas le ratio m²/habitant. Ah, oui, les fenêtres… Et bien il n’y en a pas : sur le couloir il n’y a que des portes. La cuisine ? Dehors, bien sur. Il y a actuellement une tentative de grand changement dans la vieille ville d’Hanoï. Les habitants évidemment ne veulent pas partir et il y a d’intenses marchandages, des aménagements, on est en Asie. Les rues sont progressivement « réhabilitées » dans la plus pure tradition UNESCO : c’est propre, net et sans âme. Les appartements sont réunifiés en longues maisons aux loyers exorbitants et abritant des magasins pour les touristes. C’est vrai que les conditions d’hygiène de l’ancien système laissaient beaucoup à désirer mais avec le nouveau système il y a perte du tissu social et d’une certaine âme bien propre au vieux quartier. C’est le prix à payer, semble-t-il, pour la suppression des couloirs.

VIETNAM : les couloirs d’Hanoï
VIETNAM : les couloirs d’Hanoï
VIETNAM : les couloirs d’Hanoï
VIETNAM : les couloirs d’Hanoï
VIETNAM : les couloirs d’Hanoï
VIETNAM : les couloirs d’Hanoï

Commenter cet article