Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

INDE : LA DANSE DU CHEVAL - KARNATAKA - ROUTE DE HOSPET À BELGAUM

Publié le par Andre Marie Springer

Ce qu’il y a de formidable dans le voyage en Inde ce sont les événements imprévus. Quand on dispose de son propre moyen de locomotion il est facile de dire stop au chauffeur. Les occasions ne manquent pas. En voici une. Ici ce ne sont pas des pèlerins; ils sont trop bien halillés et trop nombreux et organisés. Au premier rang un cheval blanc harnaché - on en reparlera - à gauche le gourou et de l'autre côté les musiciens.

INDE : LA DANSE DU CHEVAL - KARNATAKA - ROUTE DE HOSPET À BELGAUM

Dans le Rig-Véda, le cheval est associé aux envahisseurs venus du Nord opposés aux habitants indigènes qualifiés d’esclaves et associés au serpent. Le cheval est devenu une métaphore de la victoire militaire d'une certaine caste sur une autre et de l'établissement d'une hiérarchie. Ce sens se retrouve à travers le sacrifice du cheval, ou Ashvamedha. Cette pratique de la religion védique qui n'est évidemment plus pratiquée de nos jours est attestée par des sources écrites et établissait parmi les chefs de guerre une hiérarchie. Le roi qui sacrifiait ce cheval passait pour être le seul maître de la Terre, comme le Soleil dominait le Ciel. Il existe d'autres récits, dans le Rig-Veda, où l'animal est associé à la force, la fertilité, la puissance créatrice et la jeunesse, dans le sens sexuel et spirituel du terme. L’eau est l’élément que l’on retrouve le plus souvent associé au cheval. On retrouve dans toute l'Eurasie une croyance partagée du cheval-sourcier selon laquelle l’animal est capable de percevoir le cheminement des eaux souterraines et d’indiquer leur emplacement avec son sabot. Le mythe du cheval blanc est universel. Il est présent dans toutes les religions, à commencer par l’hindouisme. Lié au soleil et à la fécondité, le cheval blanc fut également vénéré par les Romains et les Grecs (le blanc est associé à la fertilité). En Inde il est d'usage de faire appel à un « cheval danseur » pour les mariages.

INDE : LA DANSE DU CHEVAL - KARNATAKA - ROUTE DE HOSPET À BELGAUM

Quelques instruments de musique: à droite un buccin qu'on retrouve dans les fresques des nécropoles étrusques et qui était utilisé dans l'armée romaine (révisez Gladiator). On est ici dans le centre de l'Inde au XXIe siècle.

INDE : LA DANSE DU CHEVAL - KARNATAKA - ROUTE DE HOSPET À BELGAUM

Évidemment le ou les palanquins pour les invités de marque qui ont choisi pour l'occasion d'être invisibles.

INDE : LA DANSE DU CHEVAL - KARNATAKA - ROUTE DE HOSPET À BELGAUM

Lui c'est le gourou, le chef. Ça se devine facilement, il est un peu inquiétant. En Inde la notion de secte n'est pas péjorative; la plus grande partie de la population hindouiste (84 % de la population totale) fait partie d'une secte ou se revendique d'un gourou. Les filles en arrière-plan portent sur leur tête un pot contenant un végétal; l'ensemble fait penser au lingam.

INDE : LA DANSE DU CHEVAL - KARNATAKA - ROUTE DE HOSPET À BELGAUM

Viennent ensuite, comme dans toute fête, des jeunes danseurs.

INDE : LA DANSE DU CHEVAL - KARNATAKA - ROUTE DE HOSPET À BELGAUM

Quand l'un de ceux-ci est jugé performant toc ! on lui colle un billet de quelques roupies sur le front.

INDE : LA DANSE DU CHEVAL - KARNATAKA - ROUTE DE HOSPET À BELGAUM

Les jeunes filles avec leur pot-lingam. On s'aperçoit ici que la communauté est importante, il ne s'agit pas d'une mini secte.

INDE : LA DANSE DU CHEVAL - KARNATAKA - ROUTE DE HOSPET À BELGAUM
INDE : LA DANSE DU CHEVAL - KARNATAKA - ROUTE DE HOSPET À BELGAUM
INDE : LA DANSE DU CHEVAL - KARNATAKA - ROUTE DE HOSPET À BELGAUM
INDE : LA DANSE DU CHEVAL - KARNATAKA - ROUTE DE HOSPET À BELGAUM

Tout le monde va s'installer sous un chapiteau.

Inde

INDE : LA DANSE DU CHEVAL - KARNATAKA - ROUTE DE HOSPET À BELGAUM
INDE : LA DANSE DU CHEVAL - KARNATAKA - ROUTE DE HOSPET À BELGAUM
INDE : LA DANSE DU CHEVAL - KARNATAKA - ROUTE DE HOSPET À BELGAUM
INDE : LA DANSE DU CHEVAL - KARNATAKA - ROUTE DE HOSPET À BELGAUM

Commenter cet article