Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

INDE – UTTAR PRADESH – LE MUSEE DE MATHURA ET DEUX AUTRES COUPS DE GUEULE.

Publié le par Andre Marie Springer

Mathura possède un des plus importants musées de l’Inde. C’est un musée de la sculpture qui abrite les œuvres de… l’école de Mathura. Très importante elle couvre la production en grès rouge de la région autour de la ville du début de notre ère jusqu’au VIème siècle. Son apogée se situe dans les deux premiers siècles sous la dynastie kushana. On a ici ce qui se faisait de mieux en Inde à cette époque, voire au monde. Photo du musée…

INDE – UTTAR PRADESH – LE MUSEE DE MATHURA ET DEUX AUTRES COUPS DE GUEULE.

C’est beau hein ? Bon il faut toujours se méfier des photographes car ils mentent très bien. En fait le musée (majeur, il suffit d’ouvrir un livre d’art) de Mathura c’est plutôt… ça.

INDE – UTTAR PRADESH – LE MUSEE DE MATHURA ET DEUX AUTRES COUPS DE GUEULE.

C’est le tableau électrique du musée. Alors pour voir les œuvres, il faut avoir un œil de lynx. De temps à autre une pauvre ampoule allumée pendouille, on  cligne des yeux et on se dit que c’est dommage parce que ça a l’air bien beau. Imaginez le Musée d’Orsay éclairé par une trentaine d’ampoules, des vitrines défoncées, vides, pas de gardiens, rien. Vous n’imaginez pas et bien les Indiens eux l’ont réalisé. Je ne sais pas comment on en est arrivé là mais c’est impressionnant. L’Inde impressionne, dans tout. Pour vous consoler quelques pièces du musée photographiées avec un appareil très performant.

INDE – UTTAR PRADESH – LE MUSEE DE MATHURA ET DEUX AUTRES COUPS DE GUEULE.
INDE – UTTAR PRADESH – LE MUSEE DE MATHURA ET DEUX AUTRES COUPS DE GUEULE.

Deuxième coup de gueule : le record du monde de pollution à New Delhi.

INDE – UTTAR PRADESH – LE MUSEE DE MATHURA ET DEUX AUTRES COUPS DE GUEULE.

Bravo les gars, mieux que les Chinois. Imaginez, réussir à bloquer un appareil de mesure de la pollution ; le gars qui avait conçu ça avait mis un cadran jusqu’à 999 (la norme c’est en dessous de 25 après cela devient dangereux) et bien le jour du nouvel an indien un des rares appareils de détection a été bloqué : tout ce qu’on sait c’est que c’était au-dessus de 999. Ça veut dire plus de 40 fois la dose ; alors là bravo, tout le monde applaudit. Le meilleur c’est l’analyse des causes : la capitale de l’Inde a été transformée en vaste chambre à gaz à cause… des pétards (chinois) du nouvel an. Là on sent le journalisme d’investigation puissant, ça frise le prix Pulitzer. Une semaine après ils ont amendé leur version : les brulis effectués dans les états environnants. Si, si les brulis rien qu’eux ; pas l’incompétence des politiques locaux, pas l’absence de politique vis-à-vis de la pollution, pas l’absence de vision du gouvernement central qui siège quand même à Delhi, pas les poubelles de bus antiques qui polluent comme jamais, non c’est toujours la faute des autres. J’apprends que l’Inde vient de signer la COP22 ; c’est mal barré, il n’y a plus que Fabius qui fait semblant d’y croire.

Troisième coup de gueule : la démonétisation des billets de 1000 et de 500 roupies.

INDE – UTTAR PRADESH – LE MUSEE DE MATHURA ET DEUX AUTRES COUPS DE GUEULE.

Nous l’avons vécu en direct. Ce n’est pas quelque chose de nouveau en Inde. Ils l’ont déjà fait dans les années 70. Pour rien, car ils recommencent pour les mêmes causes : la lutte contre la corruption. Là c’est grandiose. Tu vois apparaitre à la télé le Premier Ministre qui, à 18 h, annonce à la nation qu’à partir de 0 h les billets de 1 000 et 500 roupies ne valent plus rien et merci pour votre patience. On ne peut plus s’en servir, interdit. On pourra les déposer sur son compte en banque où ils vous seront échangés contre de nouveaux, plus tard et quand vous aurez expliqué d’où vient votre argent. En 5 minutes le chaos le plus gigantesque était créé. Il faut savoir qu’en Inde 90% des transactions sont payées en liquide, en billets de 1000 et 500 roupies. C’est comme ça. La situation créée était  comme si en Europe on faisait la même chose avec tous les billets et qu’on ne laissait en circulation que les pièces. Le soir même toutes les bijouteries d’Inde étaient prises d’assaut, le cours de l’or explosait, les queues commençaient devant les banques, les touristes faisaient tous la gueule (ils n’ont en général que des billets de 1000 ou 500 roupies), les distributeurs de billets étaient fermés (de toute manière ils ne distribuaient que des billets de 1000 ou 500) bref le chaos. Bravo encore une fois champion du monde.

Commenter cet article