Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

UNE VILLA A LA CAMPAGNE

Publié le par Andre Marie Springer

UNE VILLA A LA CAMPAGNE

C’est une villa à la campagne, au milieu de nulle part. Elle date des années 1930. Le propriétaire a visité des villas palladiennes lors d’un voyage en Vénétie ; il a beaucoup aimé. Comme il était fortuné il a décidé de s’en construire une pour lui tout seul. Maintenant elle est devenue un hôtel. On peut passer une nuit sans trop se ruiner dans une des chambres d’hôtes. Allez , visite des lieux.

UNE VILLA A LA CAMPAGNE
UNE VILLA A LA CAMPAGNE
UNE VILLA A LA CAMPAGNE
UNE VILLA A LA CAMPAGNE
UNE VILLA A LA CAMPAGNE
UNE VILLA A LA CAMPAGNE

Vous commencez à avoir des doutes ?

UNE VILLA A LA CAMPAGNE

Là évidemment on ne ressent plus trop la Vénitie.

Il y a comme une certaine influence...

UNE VILLA A LA CAMPAGNE
UNE VILLA A LA CAMPAGNE

Et oui, c'est notre ami Krishna avec ses copines.

UNE VILLA A LA CAMPAGNE

La salle à manger ne donne plus trop le change...

Même les anges du plafond se sont un peu "exotisés".

UNE VILLA A LA CAMPAGNE

Les chambres ont gardé leur mobiler d'origine.

UNE VILLA A LA CAMPAGNE

Les plafonds aussi sont d'origine.

UNE VILLA A LA CAMPAGNE
UNE VILLA A LA CAMPAGNE

Une vue de la terrasse de la villa. C'est une des portes d'entrée du village.

UNE VILLA A LA CAMPAGNE

Nous sommes à Bagar, à 207 km de New Delhi, en Inde. Attention on se calme; ça fait 5h de (mauvaises) routes dans le meilleur des cas (pas de troupeaux, pas de travaux ni de chantiers sur les routes et il y a toujours des troupeaux et des travaux sur les routes indiennes secondaires). C'est le Piramal Haveli, construit par un riche commerçant indien fou d'Italie du Nord. Pour une chambre double avec petits déjeuners comptez 30 $; la décadence à ce prix là, c'est cadeau. On peut aussi y passer et s'y restaurer. L'ambiance de l'hôtel et du village semble hors du temps. Le personnel de l'hôtel est très gentil. Bagar est situé en bordure du Rajasthan et de la région nommée Shekhawati. J'en reparlerai mais ceci est une autre histoire...

Commenter cet article