Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

INDE : "Un peu plus osées qu'il n'est absolument nécessaire..." - Madhya Pradesh - Khajurâho 1

Publié le par Andre Marie Springer

La citation dans le titre est due au Capitaine T.S. Burt dans son rapport de re-découverte des temples de Khajuraho en 1838. Parions que le bon capitaine a du piquer une sacré suée et qu'elle n'était pas due uniquement à la chaleur. Dans un article précédent (Espagne – Quelques nezenlair) je remarquais que question érotisme et sensualité, les bâtiments espagnols étaient proches du zéro absolu. C’est vrai que ça manque cruellement de beaux garçons et/ou de belles filles faisant de vilaines choses. L’architecture musulmane est un peu plus chaleureuse mais question figuration c’est un peu triste. J’avais donc promis de me rattraper et pour le prochain voyage en Inde de rapporter des nezenlair locaux. Promesse tenue : nous voici donc à Khajurâho où la tradition veut que sur les temples (il en reste 22 sur 85) il n'y ait pas que des nezenlair mais surtout d’autres parties de l’anatomie masculine. Khajurâho, aujourd’hui, est un village de 20 000 habitants situé dans l’état du Madhya Pradesh (approximativement au centre de l’Inde). Khajurâho (palmier datier en sanskrit) eut son heure de gloire aux Xème et XIème siècles sous la dynastie des Chandella. Les Chandella étaient un clan rajpoute, en fait des Huns Blancs (Attila était un Hun noir). Imaginez : en 451 Attila gagne la bataille des Champs Catalauniques, s’installe durablement en Gaule. A sa mort tout éclate en petites principautés guerrières ; la France n’aurait jamais existée ou aurait été quelque chose de totalement différent (la cathédrale de Chartres aussi...). C’est ce qui s’est passé en Inde. Les clans rajpoutes-Huns s’y sont installés et y ont prospéré (les maharajas en sont les derniers représentants). Pour se faire accepter en tant que clans guerriers dans la société très castée de l’époque, les rajpoutes s’inventèrent une généalogie et se prétendirent descendants du Soleil (tant qu’à faire). Les Chandella, eux, pour faire les malins, se dirent fils de la Lune. On ne peut pas dire que les Chandella eurent une influence majeure dans l’histoire de l’Inde ; ils eurent tout simplement leur heure de gloire sur une région limitée, durant une époque limitée entre 950 et 1050 - dates entre lesquelles furent érigés la majeure partie des temples (85 quand même, il en reste 22). En 1310, c’est fini, le territoire des Chandella est annexé par le sultan de Delhi. Khajurâho est surtout célèbre pour ses sculptures érotiques que l’on trouve sur les murs des temples (les mitunas). Cela occulte souvent le fait que les temples en eux-mêmes sont des chefs d’œuvres de l’architecture indienne. Toutes les statues ne relèvent pas non plus de l’art érotique mais sont en général d’une facture et d’une qualité que l’art indien ne retrouvera jamais. Seules 5% des statues relèveraient de l’art érotique (beaucoup plus dans l'esprit) mais aux dires des visiteurs il n’y aurait que cela. On va dire qu’elles marquent les esprits et que le témoignage humain est rapidement faussé quand on touche au sexe.

Les fameuses scènes érotiques ne sont d'ailleurs pas uniques, on en trouve beaucoup dans la statuaire des temples indiens et on peut les considérer comme une tradition (les mitunas sont considérés comme des porte-bonheur).

INDE : "Un peu plus osées qu'il n'est absolument nécessaire..." - Madhya Pradesh - Khajurâho 1
La femme au miroir est un des archétypes que l'on retrouve le plus souvent. Il y en a d'autres...

La femme au miroir est un des archétypes que l'on retrouve le plus souvent. Il y en a d'autres...

INDE : "Un peu plus osées qu'il n'est absolument nécessaire..." - Madhya Pradesh - Khajurâho 1
INDE : "Un peu plus osées qu'il n'est absolument nécessaire..." - Madhya Pradesh - Khajurâho 1
INDE : "Un peu plus osées qu'il n'est absolument nécessaire..." - Madhya Pradesh - Khajurâho 1
La chevelure jouait déjà un rôle sensuel important.

La chevelure jouait déjà un rôle sensuel important.

INDE : "Un peu plus osées qu'il n'est absolument nécessaire..." - Madhya Pradesh - Khajurâho 1
INDE : "Un peu plus osées qu'il n'est absolument nécessaire..." - Madhya Pradesh - Khajurâho 1
On s'aperçoit ici que le cahier des charges des sculpteurs devait comprendre une clause de robustesse. Les statues parfois ne sont parfois pas vraiment détachée des murs ce qui accroit leur résistance.

On s'aperçoit ici que le cahier des charges des sculpteurs devait comprendre une clause de robustesse. Les statues parfois ne sont parfois pas vraiment détachée des murs ce qui accroit leur résistance.

INDE : "Un peu plus osées qu'il n'est absolument nécessaire..." - Madhya Pradesh - Khajurâho 1
INDE : "Un peu plus osées qu'il n'est absolument nécessaire..." - Madhya Pradesh - Khajurâho 1
Il y a beaucoup d'humour dans la fausse pudeur des nymphes.

Il y a beaucoup d'humour dans la fausse pudeur des nymphes.

INDE : "Un peu plus osées qu'il n'est absolument nécessaire..." - Madhya Pradesh - Khajurâho 1
INDE : "Un peu plus osées qu'il n'est absolument nécessaire..." - Madhya Pradesh - Khajurâho 1
L'épine dans le pied - oui là  ! - est un grand classique...

L'épine dans le pied - oui là ! - est un grand classique...

INDE : "Un peu plus osées qu'il n'est absolument nécessaire..." - Madhya Pradesh - Khajurâho 1
INDE : "Un peu plus osées qu'il n'est absolument nécessaire..." - Madhya Pradesh - Khajurâho 1
INDE : "Un peu plus osées qu'il n'est absolument nécessaire..." - Madhya Pradesh - Khajurâho 1
INDE : "Un peu plus osées qu'il n'est absolument nécessaire..." - Madhya Pradesh - Khajurâho 1
INDE : "Un peu plus osées qu'il n'est absolument nécessaire..." - Madhya Pradesh - Khajurâho 1
INDE : "Un peu plus osées qu'il n'est absolument nécessaire..." - Madhya Pradesh - Khajurâho 1
INDE : "Un peu plus osées qu'il n'est absolument nécessaire..." - Madhya Pradesh - Khajurâho 1

Commenter cet article