Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des murs, de la danse,de la musique...et des dames. 1 : Inde - Odisha - Konârak - Temple de Sûrya

Publié le par Andre Marie Springer

Nous sommes à Konarak, au Nord-Est de l'Inde, dans l'état de l'Odhissa, à environ 500km au sud de Calcutta. Ici fut bâti un des plus grands temples du pays. Voici le maître des lieux: le dieu Surya. C'est le dieu soleil et à ce titre pour les Indiens c'est le chef des 9 planètes. D'origine persane - il en a le costume - c'est une entité synthétique. Dans les grands temples il assimilera les dieux Brahma, Vishnu et Shiva. C'est un très ancien dieu védique et il faut avouer qu'il n'a plus trop la côte aujourd'hui. Il est souvent représenté habillé en guerrier, rayonnant sur son char tiré par sept chevaux (les 7 jours de la semaine). Cette demeure est un des plus splendides exemples d'architecture brahmanique par la finesse, l'inventivité et l'exubérance du travail de la pierre mais aussi par la taille de l'édifice. On a retrouvé trois statues du dieu  en chlorite verte. Elles font chacune plus de trois mètres de hauteur.

Traditionnellement le dieu Surya, dans cette pose, tient un bouton de Lotus dans chaque main.

Traditionnellement le dieu Surya, dans cette pose, tient un bouton de Lotus dans chaque main.

Des murs, de la danse,de la musique...et des dames.  1 : Inde - Odisha - Konârak - Temple de Sûrya

Le temple fut construit de 1238 à 1264, ce qui est très rapide vue la démesure du projet.  Actuellement l'ensemble se trouve à 3 km à l'intérieur des terres; à son époque l'édifice  fut bâti sur le rivage, en bordure de mer, sur le sable. Les marins s'en servaient de repère et l'appelait la Pagode Noire tandis que le Temple de Puri à 35 km au Sud était nommé la Pagode Blanche. Voici une vue de la base du Temple. Elle est à son image: magnifique. Malheureusement il n'y a pas de fondations. Le temple fut profané par les musulmans du Bengale. La déconsécration du lieu puis son abandon ont entrainé la dégradation progressive du site.

Des murs, de la danse,de la musique...et des dames.  1 : Inde - Odisha - Konârak - Temple de Sûrya
Des murs, de la danse,de la musique...et des dames.  1 : Inde - Odisha - Konârak - Temple de Sûrya

Voici à quoi ressemblait le temple de Surya dans toute sa splendeur. On distingue deux plate-formes : 1 le pavillon de danse dont il ne subsiste que des piliers privés de couverture et qui occupait la première plate-forme, 2  la salle de réunion d'une hauteur de 40 m, encore debout mais qu'il a fallu combler (c'était l'espace intérieur le plus vaste jamais construit en Inde : 400 m²) car elle menaçait de s'effondrer. Les architectes étaient conscients des limites atteintes par le gigantisme du bâtiment et ils inclurent l'utilisation nouvelle de tirants de fer d'une très grande qualité puisqu'ils sont encore dépourvus de rouille. Derrière cette salle se trouvait le saint des saints surmonté de la tour ou shikhara. Celle-ci s'élevait à plus de 70 m de hauteur. Elle s'effondra vers les années 1850 et il n'en reste que des vestiges.

Des murs, de la danse,de la musique...et des dames.  1 : Inde - Odisha - Konârak - Temple de Sûrya
Des murs, de la danse,de la musique...et des dames.  1 : Inde - Odisha - Konârak - Temple de Sûrya

Allez c'est parti pour la visite des lieux; on commence par le pavillon de danse. Comme il a été dit il n'en reste plus que des piliers mais... ils sont sculptés. Envoyez les danseuses.

Des murs, de la danse,de la musique...et des dames.  1 : Inde - Odisha - Konârak - Temple de Sûrya
Des murs, de la danse,de la musique...et des dames.  1 : Inde - Odisha - Konârak - Temple de Sûrya
Des murs, de la danse,de la musique...et des dames.  1 : Inde - Odisha - Konârak - Temple de Sûrya
Des murs, de la danse,de la musique...et des dames.  1 : Inde - Odisha - Konârak - Temple de Sûrya
Des murs, de la danse,de la musique...et des dames.  1 : Inde - Odisha - Konârak - Temple de Sûrya
Des murs, de la danse,de la musique...et des dames.  1 : Inde - Odisha - Konârak - Temple de Sûrya
Des murs, de la danse,de la musique...et des dames.  1 : Inde - Odisha - Konârak - Temple de Sûrya
Des murs, de la danse,de la musique...et des dames.  1 : Inde - Odisha - Konârak - Temple de Sûrya

On se calme, on arrête. Il y en a des centaines. Cependant qui dit danse dit rythme. Musique !

Des murs, de la danse,de la musique...et des dames.  1 : Inde - Odisha - Konârak - Temple de Sûrya
Des murs, de la danse,de la musique...et des dames.  1 : Inde - Odisha - Konârak - Temple de Sûrya
Des murs, de la danse,de la musique...et des dames.  1 : Inde - Odisha - Konârak - Temple de Sûrya
Des murs, de la danse,de la musique...et des dames.  1 : Inde - Odisha - Konârak - Temple de Sûrya
Des murs, de la danse,de la musique...et des dames.  1 : Inde - Odisha - Konârak - Temple de Sûrya

Il y en a des centaines aussi, ça devait pulser dans la salle de danse. Ces demoiselles, fort peu vétues sont des devadasis. Voici quelques images du début du siècle dernier.

Des murs, de la danse,de la musique...et des dames.  1 : Inde - Odisha - Konârak - Temple de Sûrya
Des murs, de la danse,de la musique...et des dames.  1 : Inde - Odisha - Konârak - Temple de Sûrya
Des murs, de la danse,de la musique...et des dames.  1 : Inde - Odisha - Konârak - Temple de Sûrya

Les devadasis - les servantes de Dieu - étaient des femmes consacrées au Temple et elles étaient considérées comme les épouses de la divinité. Leur mari - Dieu - ne pouvant pas mourir, elles étaient surnommées "les femmes à jamais favorables", c'est joli. Elles jouissaient d'une éducation (danse, musique, chants, sanskrit, textes sacrés), d'une liberté et d'un statut auxquels les femmes mariées n'avaient pas accès. Elles pouvaient pratiquer la prostitution sacrée (tss... tss... dans le Temple de Jérusalem aussi - voir Deutéronome et Livre des Rois). Certains temples, les plus grands pouvaient accueillir plusieurs centaines de prostituées (prostitués aussi) ce qui constituait pour la structure une source de revenus non négligeable dont une partie était reversée aux devadasis. Le temple indien est un lieu de rencontres dans tous les sens du terme. Certes on s'y rendait pour rencontrer - fusionner avec l'énergie divine supérieure présente dans le lieu mais le temple pouvait être également un centre d'affaires, de commerces, une banque avec des prêts, un propriétaire doté de terres avec des fermiers qui lui étaient alloués; bref c'était une entreprise capable de faire vivre une ville entière. L'Inde considère, à juste titre, la sexualité comme l'expression d'une très forte énergie. Elle peut être utilisée, canalisée, maîtrisée par l'entremise des pratiques religieuses. Le tantrisme semblait fort répandu dans la région (voir l'article sur Hirarpur et le temple des yoginis). En 1925, la prude administration anglaise abolit le système des devadasis qui sombrèrent dans la prostitution, ce qui cadrait par contre parfaitement avec les usages de l'Angleterre victorienne. Un peu d'énergie ?

Des murs, de la danse,de la musique...et des dames.  1 : Inde - Odisha - Konârak - Temple de Sûrya
Des murs, de la danse,de la musique...et des dames.  1 : Inde - Odisha - Konârak - Temple de Sûrya
Des murs, de la danse,de la musique...et des dames.  1 : Inde - Odisha - Konârak - Temple de Sûrya
Des murs, de la danse,de la musique...et des dames.  1 : Inde - Odisha - Konârak - Temple de Sûrya
Il a l'air content, le garçon.

Il a l'air content, le garçon.

La prochaine partie nous explorerons la seconde plate-forme. On y parlera de femmes-arbres, de yoga, de tantrisme et de sensualité.

Commenter cet article