Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

VIETNAM : quelques villages autour d'Hanoï

Publié le par Andre Marie Springer

On compte 500 localités dans un rayon de 40 km autour d’Hanoï. Très souvent elles sont spécialisées dans la fabrication d’objets cultuels ou artistiques, de textiles (soie), de vannerie (cages à oiseau par exemple), de produits agro-alimentaires ou d’objets touristiques. Certaines activités n’ont que 10 ans d’ancienneté (les libellules pour touristes), d’autres par contre ont plus de 1 000 ans d’existence.

Cage à oiseaux en bambou. Pour les artisans le prix de vente a chuté de 50% et cette activité est en voie de disparition.
Cage à oiseaux en bambou. Pour les artisans le prix de vente a chuté de 50% et cette activité est en voie de disparition.

Cage à oiseaux en bambou. Pour les artisans le prix de vente a chuté de 50% et cette activité est en voie de disparition.

La spécificité de ces activités est que, lorsqu’elles n’exigent pas un haut niveau de technicité, elles sont associées à la riziculture. Elles permettent d’employer une nombreuse main-d’œuvre bon marché hors saison de culture, ces activités étant vues par les travailleurs comme un complément de revenu.

Ces dernières années divers facteurs sont apparus et doivent désormais être pris en compte. Le gouvernement a encouragé la modernisation et la rentabilité de modes de production de plus en plus tournés vers l’exportation. La concurrence de la Chine, celle d’autres entreprises vietnamiennes hors région, l’adaptation aux normes de production et de sécurité internationales conjuguées à l’inertie administrative bien lourde et traditionnelle elle aussi, sont autant de freins au développement de ces activités. Nouveauté : la grande industrie – souvent financée par des capitaux extérieurs mais soutenue par le gouvernement pour des raisons d’images de modernité et d’ouverture – s’intéresse de plus en plus à ces activités. Si elle est capable d’offrir plus d’emplois ceux-ci sont en revanche peu rémunérés, recourant à des gestes répétitifs et n’incluant pas de formation professionnelle. Ici évidemment la rentabilité à court terme est reine et les activités peuvent être à tout moment délocalisées. Néanmoins certaines productions nécessitant un réel savoir-faire permettent un fort ancrage des artisans villageois et une transmission des savoirs. Actuellement 20% de la population active travaille à temps plein dans ces activités « artisanales ». Ce sont des métiers très attractifs car ils permettent aux ouvriers disposant d’un fort savoir technique traditionnel de bénéficier de revenus plusieurs fois supérieurs à ceux liés aux activités agricoles.

Village de Đường Lâm ; poutre gravée de la maison communale.

Village de Đường Lâm ; poutre gravée de la maison communale.

Village de Đường Lâm ; la cloche de la pagode.

Village de Đường Lâm ; la cloche de la pagode.

Dans les articles suivants nous ne traiterons pas les 500 villages – soupir de soulagement général, je l'entends – mais de 3 localités ayant en commun une activité traditionnelle réelle, un patrimoine architectural et l’impact de l’Histoire et du tourisme sur ceux-ci. Nous serons moins bavards et laisserons aussi parler les images.

VIETNAM : quelques villages autour d'Hanoï

Commenter cet article